[Info] Le Statut des femmes

    Partagez
    avatar
    Date d'inscription : 14/02/2007
    Nombre de messages : 975

    Mon Statut de joueur
    Activité: Présence normale
    Disponibilité RP: Disponible
    Nombre de personnages joués: 0

    le Dim 24 Avr 2011 - 2:48

    Le Statut des femmes




    La Femme


    Dans la situation actuelle de notre contexte, le rôle de la femme est en pleine évolution. Sortant peu à peu d'un statut purement secondaire et soumis, elle commence à s'ouvrir et à prendre du poids et de l'importance. Bien entendu, ce n'est pas encore l'égalité parfaite avec les hommes, très loin de là même. Cependant, la parole des femmes est de plus en plus écoutée, les jeunes filles accèdent à une éducation de qualité, et malgré que leur rôle premier reste celui de la mère de famille, on assiste à quelques femmes qui parviennent à se hisser près des hommes de pouvoir.

    Pour ce qui était de la vie courante les femmes sortaient librement, même seules, faisaient leurs achats dans les boutiques, allaient aux thermes, recevaient et rendaient leurs visites.
    Dans l'univers du travail, la majeure partie des travaux des champs revenait aux femmes (vigne, blé, lin).
    Les travaux de la restauration et de la gastronomie n'étaient pas jugés convenables alors que la branche des textiles leur était entièrement ouverte. Elles pouvaient aussi exercer les métiers de sage-femme, nourrice, préceptrice et même médecin. Elles pouvaient même être gladiateurs, mais c'était très rare.

    La prostitution était reconnue et règlementée. La loi considérait comme "meretrix" toute femme qui faisait commerce d'elle-même dans une maison, une auberge, un lieu public. Beaucoup se prostituaient sans aucune dissimulation. Les prostituées, qui ne comprenaient ni les actrices ni les danseuses, de réputation pourtant détestable, étaient tenues de se présenter aux magistrats de police pour une inscription sur un registre ce qui les condamnait au paiement d'une taxe. Beaucoup étaient des esclaves ou des affranchies.

    Les plus raffinées étaient courtisanes et participaient à des banquets exclusivement masculins. Elles étaient frappées d'incapacité juridique, ne pouvaient témoigner en justice, ni hériter ni se montrer au théâtre. Le mariage leur redonnait une respectabilité légale.
    Les Romains jugeaient normale la liberté des moeurs. Il était admis d'engager des esclaves jeunes et belles dans la maison d'un homme marié, sans susciter de réprobation de la société.

    La femme n'a pas le droit de vote pourtant, et dans l'esprit des hommes ce n'est pas prêt de changer.
    Avant d'être mariée, la jeune fille est sous l'autorité de son père, une fois épousée elle passe sous celle de son mari.


    L'Epouse


    L'âge légal est de 12 ans pour les filles, 14 ans pour les garçons. Mais ceux-ci se marient en général vers 30 ans. A l'époque républicaine,on ne se marie pas par amour mais pour avoir des enfants et accomplir ainsi un devoir religieux (continuation du culte des ancêtres) et civique. Les romains de cette époque condamnent toute manifestation publique de tendresse entre époux.

    Sous l'autorité du mari, son devoir est avant tout d'être une bonne femme au foyer et une mère exemplaire, puisque ce sera son rôle d'assurer en partie l’éducation des enfants. Certaines fois, l'esclave participe à cette éducation, si la famille a confiance et s'il est assez instruit. On estimait qu'une femme était une bonne mère lorsqu'elle enfantait trois fois, c'était un bon chiffre qui lui donnait l'estime et la reconnaissance de tous. Arrivé à 30 ans, une femme sans enfant était mal perçue, elle était regardée avec un mélange de dédain et de pitié.
    Il était possible de divorcer et de se remarier, surtout dans les classes les plus élevées, mais essentiellement pour les hommes. Les femmes vivaient alors en concubinage mais étaient alors mal vues.

      La date/heure actuelle est Mer 16 Aoû 2017 - 14:59